Mettre un cheval « en équilibre sur des aides légères », telle est la définition d’Élisabeth de Corbigny pour l’équitation éthologique.

Designer de formation, Élisabeth de Corbigny vit à Paris, loin des chevaux jusqu’à l’âge de 35 ans.

En 1991, elle s’installe en Ariège, monte son élevage de Quarter Horse, éduque et débourre ses premiers poulains, et effectue plusieurs stages aux Etats-Unis pour apprendre l’Equitation Western ; entre 1993 et 2000, elle entraîne des chevaux et gagne plusieurs compétitions en équitation Western.

Découverte de l’équitation éthologique

Ce n’est qu’en 1996 qu’elle découvre, par hasard, dans un salon, aux États-Unis, les « nouvelles méthodes américaines d’éducation et de dressage ». Entre 96 et 98, elle s’initie successivement à la méthode de Monty Roberts, puis à celle de Pat Parelli…
Ce n’est qu’en 1998 qu’elle fait son premier « clinic » chez John Lyons, et à partir de cette date, elle s’investit « à fond » dans cette nouvelle filière qu’elle « importe » et adapte en France, en créant l’ « équitation éthologique », qui sera reprise et développée ensuite par la Fédération Française d’Équitation avec de nombreux opérateurs.

Elle sillonne le monde, pour partager sa passion

Élisabeth de Corbigny a soif d’apprendre : elle multiplie les stages chez John Lyons et surtout, elle travaille sans relâche des chevaux de toutes races et de toutes disciplines, sur tous types de difficultés, au sol ou monté… Très rapidement, sa notoriété grandit, et elle commence à sillonner la France, l’Europe et le monde, pour partager sa passion. Son concept est calqué sur celui de Lyons : improviser devant le public un « duo » avec un cheval qu’elle ne connaît pas, en se livrant « à nue » dans une authenticité qui ne trompe pas.

L’éthologie scientifique

Le développement de l’éthologie scientifique lui permet aussi de trouver de nouvelles réponses, et alimente en permanence sa recherche et son observation, auprès des chevaux.
En 2004, Elisabeth de Corbigny fait venir pour la première fois John Lyons en France. A partir de cette date, elle décide de faire évoluer peu à peu sa pratique vers la compétition de haut niveau : elle se cultive sur l’équitation classique, se forme auprès de très nombreux cavaliers, entraîneurs et juges internationaux, et crée en permanence de nouvelles stratégies afin de s’adapter de mieux en mieux à chaque cheval qui est unique.

Elizabeth de Corbigny se considère toujours « en apprentissage »

Elle se recycle en permanence pour faire évoluer sa technique. A l’image de son maître, John lyons, elle n’hésite pas à enrichir son enseignement en « compilant » d’autres auteurs, d’autres styles, d’autres techniques, d’autres pédagogies, venues d’horizons et de cultures très diverses… Son objectif est d’entretenir autour d’elle une dynamique permanente de « RECHERCHE » autour du cheval et de l’équitation. C’est ce qui donne à sa « méthodologie » une originalité et surtout une adaptabilité qui permet sans cesse de trouver de nouvelles réponses.

C’est le fruit de toute cette expérience qui lui permet, chaque année, de former de nouveaux élèves, qui à leur tour, développent et transmettent cette nouvelle approche du cheval.