Partenariat : Jolanda Adelaar, Cavalière de Grand Prix Dressage

Partenariat : Jolanda Adelaar, Cavalière de Grand Prix Dressage

Chaque mois, Gaston Mercier Sellier présente un portrait qui lui tient à cœur, de belles histoires, des aventures atypiques, des rencontres…
Ce mois-ci découvrez le portrait de notre nouvelle partenaire, Jolanda Adelaar, cavalière de Grand Prix Dressage, désormais équipée de Dolines II.

 

Jolanda-Jai

[Portrait de Jolanda et ses 2 premiers chevaux]
Jolanda :
Je suis une cavalière de dressage Grand Prix, une athlète végétalienne et une thérapeute en comportement équin basée aux Pays-Bas. Je suis professeur à l’académie Tinley, un institut de recherche scientifique sur le comportement animal.
Ma mission est d’intégrer le clickertraining dans le monde du cheval et de rendre le renforcement positif applicable au sport. Je suis l’une des trois amazones du podcast néerlandais très populaire « Amazones met een Missie » (Amazones en mission), où nous discutons de l’avenir du monde équestre et de la manière dont nous pouvons améliorer le bien-être des animaux. Le dressage est pour le cheval, pour toutes les races de chevaux et pour les cavaliers de tous horizons.
Mes chevaux sont pieds nus, sortent toute la journée et ont une alimentation à base de fourrage. Mes chevaux sont formés par le dressage classique et par le renforcement positif (récompenses alimentaires).
Je suis née à Amsterdam et j’ai un père néerlandais d’Utrecht. Ma mère est italienne, née à Rome et a immigré aux Pays-Bas lorsqu’elle était enfant. J’ai grandi dans le Brabant, où ma famille m’a appris l’amour des animaux. Mon premier animal de compagnie était un poulet nommé Truus que j’avais entraîné à faire des tours. Elle est morte de vieillesse à l’âge de 16 ans.
Super Guus :
Je ne viens pas d’une famille de cavaliers et j’ai commencé à monter à cheval dans mon centre équestre local. Ce qui me fascinait dans les chevaux, c’était la façon dont ils portent les humains sur leur dos et leur impact sur l’histoire de l’humanité. Dans un camp d’été, j’ai rencontré un cheval fjord nommé « Guus », j’avais 12 ans. Je voulais acheter Guus, mais mes parents avaient peur des coûts liés à la possession d’un cheval. Après un an, j’ai convaincu mon père : J’ai trouvé un pâturage entre les vaches, où Guus pouvait rester pour 30 euros par mois. Au début, j’ai entraîné Guus dans le pâturage des vaches. Je montais à cru car je n’avais pas encore de selle. J’ai fabriqué moi-même sa première bride. Au bout d’un an, je suis devenue membre du poney-club local que je pouvais rejoindre à pied pour la leçon hebdomadaire.

Quand j’ai vu une représentation de dressage à la télévision, j’étais fascinée : « Cheval et humain dansant comme un seul corps » ; je voulais faire ça aussi. J’ai enregistré tous les spectacles internationaux de dressage lorsqu’ils passaient à la télévision et je regardais ces cassettes encore et encore. J’ai trouvé un vieux livre néerlandais « Rijden en africhten » de 1937 chez mes parents. Il n’y avait pas d’images, mais j’ai été attirée par ce livre car il décrivait comment dresser un cheval jusqu’aux airs au-dessus du sol. Quelque chose qui m’a époustouflé : voler sur un cheval !

Je voulais commencer à faire du dressage avec Guus, mais on m’a dit qu’il me fallait une race sportive pour cela. Mon père a acheté un van à connecter à sa voiture pour 1200 euros afin de pouvoir m’emmener en compétition. En deux ans, je suis devenue championne régionale en Z2 avec Guus et j’ai fait la une des journaux. Nous avons été invités comme numéro spécial à la Coupe du monde FEI de dressage en 2006 à ‘s-Hertogenbosch.
Guus est également devenu le premier cheval Fjord des Pays-Bas à concourir en Subtop. Les gens ont commencé à appeler Guus, « Super Guus ». Il a eu son propre fan-club et son livre « Guus » qui a été publié en 2006. J’ai été fasciné de voir comment le fait de raconter l’histoire d’un animal inconnu peut faire qu’un animal soit aimé par tant de gens. Super Guus est avec moi depuis 24 ans et je le monte toujours malgré ses 27 ans. C’est un grand-père sage qui profite de sa vie dans les champs avec mon jeune cheval Jai. Même si Guus n’est pas humain, je le considère comme mon plus grand professeur de vie.

Carletto : 
Je n’ai pas grandi en sachant beaucoup de choses sur mes racines italiennes en raison d’une rupture familiale avant ma naissance. Mon grand-père était originaire de Maddaloni, Caserta. Comme beaucoup d’Italiens du sud, ma famille a déménagé dans le nord pour des raisons économiques. Quand j’ai entendu parler du cheval Murgese, une race de cheval baroque italienne originaire du sud de l’Italie, j’ai pensé que cette race de cheval pourrait avoir autant de succès en compétition de Grand Prix et aux Jeux Olympiques que d’autres chevaux baroques comme le PRE d’Espagne et le Lusitanien du Portugal. En Italie, le dressage n’était pas un sport populaire comme il l’était dans d’autres pays mais grâce à Guus j’ai appris que le dressage est possible pour chaque cheval, peu importe la race de chevaux.

En 2012, j’ai pris un avion pour les Pouilles où j’ai trouvé mon Murgese Carletto chez le premier éleveur que j’ai visité. J’ai débourré Carletto moi-même avec une désensibilisation systématique et le premier humain qu’il a eu sur son dos, c’est moi.
Après 8 ans de dur labeur et en donnant le meilleur de moi-même en tant qu’entraîneur de chevaux, Carletto est devenu le premier Murgese de l’histoire en Grand Prix. Je considère également Carletto comme l’un de mes professeurs. C’est un cheval très introverti et il n’était pas facile de trouver un moyen de le motiver à travailler avec moi. Carletto m’a appris à m’entraîner avec un renforcement positif (récompenses alimentaires) sous la selle.

Partenariat : Jolanda Adelaar, Cavalière de Grand Prix Dressage

Pour suivre Jolanda Adelaar :

Facebook - Instagram - Site Internet - Youtube